Alassane Ouattara sur la recomposition de la CEI: «Le dossier est bouclé…Je vais promulguer la loi»


  • mardi 06 août 2019
Le Président Alassane Ouattara (Photo d'archives).

Serenti News

Le Chef de l’Etat ivoirien n’entend pas revenir sur la loi portant recomposition de la Commission électorale indépendante (CEI). Il l’a dit, redit et martelé, lors de l’entretien qu’il a accordé à la télévision nationale, ce 6 août 2019, veille du 59ème anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire.

Lire aussi: Indépendance/Entretien-RTI: le Président Ouattara demande aux ivoiriens de lui faire confiance

«Je vais promulguer la loi aujourd’hui (ndlr: le mardi 6 août)», a annoncé le Président Alassane Ouattara, pour mettre un terme définitif au débat. «Le dossier est bouclé», a-t-il affirmé, en faisant fi des réclamations de l’opposition et d’une partie de la société civile.

«Ceux qui veulent contester, contestent. Il y a des voies légales pour cela», a encore dit le Président, rejetant du revers de la main les critiques des détracteurs de cette loi.

Nous sommes en démocratie, c’est la majorité qui décide

En effet, a une nouvelle fois assuré le Chef de l’Etat, cette loi est consensuelle, et elle vient améliorer la CEI qui «était déjà très bonne» en réduisant la part de l’Etat et du pouvoir. Cela conformément aux exigences de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples, a soutenu Alassane Ouattara.

«Nous avons rempli nos engagements», s’est félicité le Président de la République, pour qui la Cour n’a pas demandé une réforme de la CEI, mais bien sa recomposition, notamment par l'augmentation de la représentation de la société civile. Ce qui, a-t-il indiqué, a été fait. Fin donc de la discussion.

D’autant que, c’est plu à rappeler Alassane Ouattara, «nous sommes en démocratie, c’est la majorité qui décide». Point donc besoin d’épiloguer sur la question. «C’est fini», une fois que l’Assemblée nationale et le Sénat ont voté le texte. Et, bien plus encore, que le Conseil constitutionnel a débouté les députés de l’opposition qui avaient déposé une requête pour contester la conformité de cette loi à la Constitution.

Michèle Pépé

michpep@serentinews.com