Bouaké : Populations civiles et militaires renouent le dialogue pour reconstruire la confiance


  • lundi 30 avril 2018
Les organisateurs de ce dialogue, que sont la Fondation Friedrich Ebert, le Programme des Nations Unies pour le Développement et la Fondation Serenti, ont été particulièrement satisfaits de la forte mobilisation des populations civiles et des militaires

Par Serenti News

Le samedi 28 avril 2018, s’est tenu, à la salle de conférence de l’Hôtel du Stade à Bouaké, un dialogue entre les différentes couches de la population civile et les militaires, représentés dans toutes leurs composantes.  Ce dialogue avait pour objectif de rétablir la confiance entre les populations civiles et les forces de sécurité et, par ricochet, rétablir le lien Armée-Nation. 

Les organisateurs de ce dialogue, que sont la Fondation Friedrich Ebert, le Programme des Nations Unies pour le Développement et la Fondation Serenti, ont été particulièrement satisfaits de la forte mobilisation des différentes composantes de la population civile, des élus et des militaires. Cela dénote de l’importance de la thématique dans ce contexte que connait le pays, mais aussi de la volonté des parties de rétablir la confiance et d'améliorer leur collaboration.

Avant la communication de l’expert devant introduire les échanges, Dr Banga Louis, différentes allocutions ont été enregistrées pour saluer la tenue de ce forum et exhorter les différentes parties prenantes à ce dialogue à relever les défis auxquels ils sont confrontés.

Sont ainsi intervenus, pour les structures organisatrices : Mme Michèle Pépé, PCA de la Fondation Serenti, M. Mohamed El Mehdi Ag Rhissa, Conseiller technique principal au PNUD, M. Thilo Shöne, Représentant résident de la Friedrich Ebert Stiftung (FES). Et pour les officiels de la ville : M. Ouattara Zoumana, 1er Adjoint au maire et M. Bema Fofana, député de Bouaké, membre de la Commission Défense et Sécurité de l’Assemblée nationale.

«Comment rétablir la confiance entre les populations civiles et militaires ?» C’est sur ce thème qu’est intervenu Dr Banga Louis, Docteur en histoire militaire et en histoire des relations internationales. La collaboration entre les populations civiles et les militaires, a souligné Dr Banga, est primordiale pour la sécurité dans un pays, d’autant que, aujourd’hui plus qu’hier, les menaces ont changé de nature.

Les guerres classiques ont ainsi fait place aux guerres asymétriques. C’est le cas, par exemple, du terrorisme, dans lequel l’ennemi se fond dans la population pour se rendre invisible. Le renseignement devient dès lors un outil essentiel pour y faire face. Et il n’y a que la population qui puisse fournir les renseignements pour aider les forces de sécurité à lutter efficacement contre cette menace. Le conférencier a également souligné l’importance du soutien que doit manifester la population à son Armée. Selon lui, une armée qui se sent soutenue par sa population est plus déterminée et devient plus forte. 

En guise de solutions préconisées pour le rétablissement de la confiance entre populations civiles et militaires, Dr Banga  a fait différentes proposition. Notamment : 
- Le retour des militaires aux fondamentaux de l’Armée que sont : l’Armée outil de renforcement de la nation et outil de développement. 
- La séparation des questions militaires d’avec les questions politiques.
- Plus d’ouverture, de dialogue des militaires avec les civiles afin que les ivoiriens connaissent mieux leur Armée.
- L’organisation d’activités récréatives – des matchs de football par exemple - entre les militaires et les populations civiles pour favoriser le rapprochement.

A l’issue des échanges très francs, mais courtois, les populations civiles et les militaires, qui ont exprimé les nombreux griefs qu’ils nourrissent les uns contre les autres, ont unanimement reconnu la justesse des solutions proposées. Et se sont engagés à poursuivre le dialogue constructif pour reconstruire la confiance et améliorer leur collaboration.

Cette session de dialogue civilo-militaire qui s’est tenue à Bouaké, est la première d'une série qui s'étendra à d'autres villes de la Côte d'Ivoire. Cette initiative de la Fondation Friedrich Ebert et de ses partenaires vise à fournir un cadre de dialogue favorisant le rétablissement et la consolidation de la confiance entre la société civile et les forces armées et de sécurité en réunissant les membres de la société civile, les partis politiques et les acteurs étatiques. Afin de parvenir à une paix durable en Côte d’Ivoire.

Source : Fondation Serenti