Condamnation de Mangoua : le Procureur affirme que ce n'est pas un procès politique 


  • samedi 05 octobre 2019
Koné Braman, le procureur de la République près le tribunal de première instance de Bouaké.

Serenti News

Après la condamnation du vice-président du PDCI-RDA, Jacques Mangoua,  à 5 années de prison ferme, une amende de 5 millions de F CFa et 5 ans de privation de droit civil, pour détention illégale d'armes, le procureur de la République près le tribunal de première instance de Bouaké, Koné Braman, a animé un point de presse, le vendredi 04 octobre, à son bureau sis au tribunal. 

A lire aussi: Bouaké: Mangoua Jacques condamné à 5 ans de prison ferme

Pour lui, il ne s'agit pas d'un jugement politique: «En réalité, il ne s'agit pas d'une infraction politique, il s'agit bel et bien d'une infraction de droit commun. Ce n'est pas la qualité du prévenu qui va transformer la qualité de l'infraction. Vous avez constaté que d'autres prévenus ont été poursuivis pour les mêmes faits de détention illégale d'armes à feu et de guerre, et ils ont été déclarés coupables et condamnés à 10 ans de prison ferme». 

A travers ce procès, le procureur Koné Braman a voulu faire passer un message fort : «J'ai voulu faire passer un message fort. Nous sommes en train de renforcer l'état de droit. Il s'agit d'un procès ordinaire. Au domicile privé de n'importe qui on va trouver cet arsenal, cette personne sera poursuivie selon les mêmes procédures. Tous les droits de Monsieur Mangoua ont été respecté». 

L'homme de droit a par ailleurs signifié qu'une enquête est en cours suite aux messages de menace que Jacques Mangoua a reçu. 

Maurice Kouassi