Contrôle des armes: le Rjps réitère son engagement à accompagner la ComNat-ALPC dans ses missions


  • mercredi 07 août 2019
Le président de la ComNat-ALPC, le Préfet hors grade Kouadio Yao, a échangé avec le nouveau Bureau exécutif du RJPS (Photo: ComNat-ALPC).

Serenti News

Le président exécutif du Réseau des journalistes et professionnels de la communication pour la paix et la sécurité (Rjps), M. Sylla Arouna, journaliste à Soir Info, a réitéré à la Commission nationale de lutte contre la prolifération et la circulation illicite des armes légères et de petit calibre (ComNat-ALPC) le soutien de son nouveau Bureau exécutif à la lutte pour le contrôle des ALPC.

C’était au cours d’une audience accordée au Rjps par le président de la ComNat-ALPC, M. Kouadio Yao, Préfet hors grade, le mardi 6 août 2019.

Après les civilités d’usage, le Président du RJPS, M. Sylla Arouna, a présenté son Bureau  exécutif, composé de dix membres, avant de réitérer le soutien de son Réseau aux activités de la ComNat-ALPC. Pour le Président du RJPS, ce soutien doit permettre de renforcer davantage la collaboration entre les deux structures.

M. Sylla Arouna a aussi précisé: «Notre collaboration pourrait se faire à travers l’appui à la sensibilisation, aux relais des activités de la ComNat-ALPC dans les médias animés par nos différents membres, mais aussi au renforcement des capacités de notre Réseau».

Le président de la ComNat-ALPC, M. Kouadio Yao, a d’abord félicité et encouragé l’engagement du président du RJPS pour l’accompagnement de son Réseau à cette lutte transversale et complexe.

Le président de la ComNat-ALPC a ensuite présenté les évolutions de sa structure, entre autres, l’installation effective d’une vingtaine de commissions déconcentrées à l’intérieur du pays, qui sont dirigées par le corps préfectoral.

M. Kouadio Yao a aussi abordé le défi majeur de sa structure qui est de contribuer à ce que «l’élection présidentielle de 2020 se déroule sans violence armée». Pour lui, il faudrait pouvoir régler les éventuels différends ou contentieux électoraux sans avoir recours aux armes légères et de petit calibre.

Dans cette optique, la ComNat-ALPC a besoin de l’ensemble des citoyens et habitants de la Côte d’Ivoire, notamment le RJPS, pour l’accompagner dans la sensibilisation afin de collecter les APLC illégales aux mains des communautés, de marquer les armes des civils et surtout faire un plaidoyer pour l’harmonisation de la législation nationale avec les instruments juridiques régionaux et internationaux sur les armes.

Terminant son propos, le président de la ComNat-ALPC a réaffirmé que, «un pays qui veut la paix et le développement durable, doit maitriser les questions de sécurité, notamment le contrôle des ALPC».

Victorien Aka N’tayé