Éducation nationale: le nouveau découpage de l'année scolaire et la nouvelle date de l'examen du CEPE dévoilés


  • lundi 13 mai 2019
la ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Kandia Camara Kamissoko.

Serenti News

Lors d’une conférence de presse qu'elle a animée, le lundi 13 mai 2019, la ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Kandia Camara Kamissoko, a dévoilé le nouveau découpage de l'année scolaire et la nouvelle date des examens de l'entrée en 6ème et du CEPE.

A partir de la rentrée prochaine, l'année scolaire sera découpée en deux semestres au lieu de trois trimestres en ce qui concerne l'enseignement général. Pour l'enseignement technique et la formation professionnelle, le découpage reste le même, c'est à dire deux semestres.

Pour la ministre, «ces changements interviennent pour juguler les conséquences des grèves afin de garantir les meilleures conditions de succès à nos élèves».

Prévue pour le 5 juin prochain, la date de l'entrée en 6ème et du CEPE a été décalée pour le 1er juillet 2019. Les dates du BEPC et du BAC n'ont pas changées, du 17 au 21 juillet 2019 et du 08 au 12 juillet 2019.

Saisissant l’occasion de cette conférence de presse, la ministre mis en garde la COFESCI qui prévoit entrer en grève pour une durée de 4 jours à partir de ce mardi 14 mai 2019.

«Les perturbateurs assumeront les conséquences de leurs actes. On ne peut prendre l’école en otage. C’est la grève de trop. Trop c’est trop». A martelé Kandia Camara.

Avant de menacer: «Ceux qui feront la grève, nous allons estimer qu’ils n’ont plus leur place dans le corps enseignant. En plus de la ponction de leur salaire, ils seront mis à la disposition de la Fonction publique. Une procédure de radiation s’en suivra. Je m’engagerai personnellement auprès du Premier ministre pour que cela se fasse. Les conséquences de la grève seront lourdes pour les auteurs. Ils seront radiés de l’effectif du ministre de l’éducation nationale». 

Maurice Kouassi