Immigration irrégulière: les ivoiriens représentent le premier contingent des candidats, selon le ministre Amon Tanoh


  • mercredi 13 mars 2019
Un colloque régional se tient, du 12 au 14 à Grand Bassam, sur les migrations irrégulières de l'Afrique de l'ouest vers l'Europe.

AIP

Selon les statistiques de l'Organisation internationale des migrations (OIM), les ivoiriens représentent le premier contingent des candidats à l'immigration irrégulière avec 75 ℅ des migrants qui partent de la côte d'Ivoire pour aller en aventure vers l'Europe sans être véritablement au chômage, a annoncé le Ministre des Affaires Étrangères Amon Tanoh Marcel.

Le ministre Amon Tanoh Marcel a fait cette déclaration à l'ouverture du colloque régional qui se tient, du mardi au jeudi, à Grand Bassam, portant sur "les migrations irrégulières de l'Afrique de l'ouest vers l'Europe : quels défis pour les pays de la CEDEAO?".

Selon le ministre des Affaires Étrangères, la question migratoire reste une préoccupation majeure pour nos pays et particulièrement la Côte d'Ivoire. Il a souhaité, notamment, que ce colloque ouvre la voie à une gestion concertée et équilibrée des migrations dans un esprit de partenariat et de responsabilité partagée.

Il urge de créer des synergies permettant d'assurer la continuité de nos efforts collectifs afin d'élaborer un programme de recherche véritablement africain sur les migrants, a indiqué le directeur Bureau multisectoriel régional de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) pour l'Afrique Ouest, Dimitri Sanga.

" L'Eldorado est en Afrique et surtout en Côte d'Ivoire où le gouvernement mène des actions en termes de formations, d'emplois pour jeunes au lieu d'embrasser une aventure meurtrière", a déclaré la ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement technique et de la Formation technique, Kandia Camara, dans son appel aux jeunes ivoiriens.

Ces assises ont été organisées par la commission nationale ivoirienne pour l'UNESCO, en partenariat avec le bureau UNESCO d'Abidjan et le bureau régional d'Abuja.