Plateau: Des populations marchent pour demander la révocation de Jacques Ehouo, la Police charge, des manifestants interpellés 


  • mardi 14 mai 2019
Des populations ont marché, ce mardi 15 mai 2019, dans les rues du Plateau, pour réclamer le départ de Jacques Ehouo, le nouveau maire de la commune.

Serenti News

Des populations ont marché, ce mardi 15 mai 2019, dans les rues du Plateau, pour réclamer le départ de Jacques Ehouo, le nouveau maire de la commune.

Partis de la Cathédrale, les manifestants se sont dirigés vers les locaux du ministère de l'Intérieur et de la Sécurité avant d'être dispersés par la police. Certains ont été interpelés dont William Koffi (un proche de Fabrice Sawegnon, ex-candidat à la mairie du Plateau, l'un des organisateurs de cette marche) et conduits à la Préfecture de Police d'Abidjan.

Dans la déclaration qui a été lue par les manifestants, on pouvait lire, "nous, populations et agents municipaux de la commune du Plateau adressons au ministère de l'Intérieur et de la Sécurité, cette motion de protestation pour la manifestation de la justice au Plateau".

Justifiant leur position, les marcheurs ont brandi la plainte de Yapi Jacques (maire intérimaire du Plateau après la révocation d'Akossi Bendjo), en date du 11 décembre 2018, qui a accuse Jacques Ehouo de détournement de deniers publics, de blanchiment d'argent, de faux et usage de faux.

"Considérant la sévère mise en garde du ministre de la Sécurité et de l'Intérieur, Siriki Diakité, qui, lors de la réunion tenue le 19 mars 2019 avec les membres du conseil municipal, les a prévenus de la révocation de Jacques Ehouo s'il venait à être élu le 23 mars 2019, nous nous nous battrons pour la manifestation de la justice dans la commune", ont-ils indiqué.

Selon les manifestants, pour les mêmes fautes, il ne peut pas avoir de traitements différents, "car Ehouo est complice de Bendjo et tous deux sont inculpés pour les mêmes faits, or les mêmes causes produisent les mêmes effets dit-on", ont-ils soutenu.

C'est pourquoi, ils exigent que la mesure conservatoire applicable dans ce cas de figure soit prise sans délai. "Car rien ne justifie un tel retard", clament-ils.

Aussi, ont-ils invité le gouvernement à prendre ses responsabilités pour instaurer un climat de paix et de justice au Plateau.

Jacques Ehouo, maire élu du Plateau et installé le 23 mars 2019, est accusé de détournements de 7 milliards F Cfa.

Eugène YAO

 eugene.yao@serentinews.com