Santé: les guides religieux à l'école de lutte contre la mortalité maternelle et infantile 


  • samedi 06 juillet 2019
Près d'une trentaine de guides religieux ont été formés pendant deux jours sur la mortalité maternelle et infantile.

Serenti News

Près d'une trentaine de guides religieux ont été formés pendant deux jours, du 05 et 06 juillet 2019, sur la mortalité maternelle et infantile.

Docteur Koudou Ourega, représentant du directeur régional de la Santé du Gbeke, a soutenu que cet atelier vient encore aider le ministère de la Santé dans ses missions, vu les difficultés qu'il rencontre souvent: «Nous sommes au quotidien dans le secteur de la santé, pratiquement chaque jour les femmes meurent en couches, également les enfants de 0 à 5 ans meurent par méconnaissance d'un ensemble de règles. Dans nos messages de sensibilisation, nous sommes confrontés souvent à des difficultés et de comportements qui sont liés à la croyance religieuse de certaines personnes, cet atelier vient nous aider dans nos missions».

Pour le formateur, Zunon Didier, cette formation va aider à la réduction du taux de mortalité maternelle infantile. «C'est un atelier de sensibilisation sur le suivi de la mère et de l’enfant. Nous avons constaté qu'il y a beaucoup de morts lors des accouchements ou pendant la grossesse. Cette formation pourra nous aider à réduire ce fléau», a-t'il précisé.

Quant à l'Imam Idriss, président du forum des confessions religieuses du Gbeke, il a soutenu qu’après cette formation les leaders religieux mettront tout en œuvre pour faire passer l'information. «Nous sommes très heureux de cette formation, tout ce qui a un lien avec la santé nous concerne tous. Nous voulons un lendemain meilleur pour nos mamans et enfants, donc c'est un devoir pour nous d'être présents, nous ferons passer aisément le message».

Selon des chiffres de l'Alliance française pour le développement, nous sommes passés de 543 à 720 décès maternels pour 100.000 naissances vivantes de 2005 à 2013, et les chiffres ne semblent pas évoluer dans le bon sens.

Au niveau de la mortalité infantile, le tableau n'est pas plus reluisant. La mortalité infantile demeure élevée, soit 108 décès 100 naissances vivantes.

Maurice Kouassi